Baromètre : plus de confiance dans l’info qu’envers les journalistes

26/07/2016

Publié en juin dernier, le cinquième rapport annuel du Reuters Institute for the Study of Journalism (Oxford) dresse un portrait-robot à l’échelle mondiale des audiences des médias et de leurs usages. Plus de 50.000 personnes y ont participé dans 26 pays, soit un peu plus de 2.000 sondés par pays – l’échantillon est représentatif pour la Turquie et le Brésil, les auteurs de l’étude admettant que certains résultats sont susceptibles de sous-représenter la consommation effective d’informations.

Des usages multi-devices privilégiant l’écrit

Dans cette profusion de données, plusieurs enseignements sur les usages de la consommation d’information en ligne, tels que l’évolution d’usages de consultation se déplaçant du PC vers le smartphone (53% en moyenne) et la tablette ; ainsi qu’une tendance à utiliser les trois types d’appareils (71%). Les réseaux sociaux, dominés par Facebook et YouTube devant WhatsApp et Twitter, sont devenus une source d’information (51%) qui n’est toutefois pas la source principale (12%).

La personnalisation d’informations en fonction de sa propre consommation en ligne est plutôt bien perçue, bien que les utilisateurs reconnaissent que ce principe peut avoir pour effets pervers une atteinte à leur vie privée ou le fait de passer à côté d’informations importantes. Des utilisateurs qui boudent la vidéo en ligne, 78% leur préférant le texte.

Questions de confiance et d’indépendance

Le rapport s’intéresse également à la confiance qu’ont les audiences envers les journalistes, les organisations médiatiques et l’information en elle-même. A deux exceptions près (la France et la Finlande), les organisations médiatiques suscitent davantage de confiance que les journalistes. Mais plus encore, c’est en faveur de l’information elle-même que se prononcent les audiences, avec une plus ou moins grande disparité selon les pays : la Grèce, la Corée du Sud et la France forment le trio où les médias inspirent le moins de confiance. Seuls deux pays, le Brésil et la Finlande, dépassent la barre des 50% en faveur des journalistes.

 

Les audiences estiment également que la dépendance entre les pouvoirs politiques et économiques est plutôt forte. En moyenne, 29,9% des personnes sondées estiment que les médias sont totalement libres de toute influence politique, et 26,5% qu’ils sont totalement libres d’influences commerciales.

 

Consulter le Reuters Institute Digital News Report 2016 : http://www.digitalnewsreport.org/

Mots-clés: | |