L’histoire de la cartographie trouve ses origines dans l’Antiquité. Cette pratique – entre art et sciences - s’est développée à partir du 15e siècle et a connu d’importantes évolutions au 19e siècle, avec l'essor de la cartographie statistique.

"La carte est la représentation d’un espace. C’est la transcription dans une image de phénomènes localisés et des relations qui se développent entre ces phénomènes." (Anne Le Fur)

La carte n’est pas neutre : "elle résulte d’une série de choix et souvent exprime un point de vue" (Le Fur). Et une bonne carte "demande le moins d’efforts dans un minimum de temps pour atteindre le but visé (Fernand Joly). Elle apporte "une réponse visuelle rapide et évidente. Une carte qui n’apporte pas de réponse visuelle instantanée est mal construite" (Le Fur).

Ligne du temps


Antiquité

La carte, mémoire des lieux

Les premiers croquis cartographiques ont pour objectif la conservation de la mémoire des lieux et des itinéraires. Ils sont gravés sur des tablettes d’argile. Ci-contre, la carte babylonienne du monde (circa 700-500 AJC).


276-194 A.J.-C.

La carte d'Eratosthène

circa 150

La carte de Ptomélée

L'empire romain

La Table de Peutinger

Le Moyen-Âge

Mapa Mundi, la carte du monde

15e-16e siècle

Les cartes marines

17e-18e siècle

Les cartes détaillées et à grande échelle

19e siècle

La cartographie statistique
La carte climatique
La courbe de Gauss

20e siècle

Théorie de la sémiologie graphique
Cartographie assistée par ordinateur

21e siècle

Mashups cartographiques

Un mashup cartographique est "un produit obtenu en prenant des données de géolocalisation, comme des adresses et des coordonnées, sur une carte et en les organisant par catégorie ou type d’information" (Mark Briggs).