Les « dos » et « don’ts » de l’information graphique

18/11/2014

The Wall Street Journal. Guide to Information Graphics Un petit dessin vaut parfois mieux qu’un long discours et, avec la profusion d’outils graphiques aujourd’hui disponibles, n’importe qui est capable de créer un diagramme en barres ou à secteurs. « Mais peu d’entre nous savent comment bien le faire », indique Dona Wong , qui fut une élève du professeur Edward Tufte, à Yale, avant de travailler comme éditeur graphique au New York Times puis de diriger le département de l’information graphique du Wall Street Journal.

Pour Dona Wong, un graphique d’information doit contenir trois éléments essentiels : un contenu riche, une invitation à la visualisation et une exécution sophistiquée. Au-delà de ces caractéristiques, elle liste, dans « The Wall Street Journal. Guide to Information Graphics », une série de pratiques à éviter et d’autres qu’il conviendrait d’adopter. Qu’est-ce qui rend un graphique efficace ? La couleur, la police de caractère et le design, répond-elle, à condition que ces éléments soient bien utilisés.

Parmi les bonnes pratiques identifiées par l’auteur, l’utilisation de la couleur et de la typographie pour accentuer le message-clé (et pas pour décorer !), l’utilisation de comparaisons correctes (on ne compare pas des pommes à des poires !) ou encore celles de légendes pour identifier les variables utilisées. Quand et comment employer une icône ? Quelles sont les caractéristiques d’une « bonne » carte ? Le Guide de Dona Wong épingle les « dos » et les « don’ts » dans un catalogue de représentations graphiques commentées. En amont, souligne-t-elle, les données doivent répondre à des critères de qualité car c’est de ceux-ci que dépendra aussi la qualité de la visualisation.

Un court chapitre est en également consacré aux mathématiques : bien représenter des données signifie aussi bien les comprendre et, pour ce faire, certaines opérations de calcul sont indispensables. Ici, il est donc question de statistiques (moyenne, médiane, mode), de probabilités, d’échelle logarithmique ou encore d’usage de pourcentages. Avec, pour ultime conseil, celui de simplifier au maximum le message en gardant à l’esprit qu’un graphique d’information s’adresse à des lecteurs.

(L. D.)

Dona M. Wong. « The Wall Street Journal. Guide to Information Graphics », W.W Norton & Company, 2013, 158pp.

 

Mots-clés: |