La science et l’art de la cartographie

23/07/2014

Carte d'Europe

Illustration : CanStockPhoto

Les origines de la cartographie remontent à l’Antiquité. Elle deviendra un instrument de connaissance au XVe siècle. Le cartographe apparaîtra, lui, quatre siècles plus tard. La discipline, qui relève à la fois de la science de la géographie et du design graphique, a connu de nombreuse évolutions ; en particulier depuis que les outils informatiques se la sont appropriée (logiciels de traitement de données et de dessin, cartographie automatique). Le datajournalisme y fait régulièrement appel dans le cadre de représentations statistiques (par exemple, les crimes dans une ville données ou les résultats de scrutins électoraux). Mais il ne suffit pas de disposer d’un outil informatique et de matériel statistique territorialisé « pour réaliser des cartes et procéder à une exploration interactive de n’importe quel territoire », relève Anne Le Fur (université de Paris I Panthéon-Sorbonne), dans l’introduction du petit guide « Pratiques de la cartographie » (éd. Armand Colin, coll. universitaire de poche). « Ce serait réduire la compétence des cartographes à une question de moyens techniques. Or la carte demeure une création où les compétences, le savoir-faire et l’imagination de l’auteur sont à l’œuvre. »

Codes et usages de la carte

L’auteure expose ainsi, en 127 pages, les étapes de la production de l’image cartographique : conception, dessin, diffusion. Le premier chapitre donne plusieurs définitions de la carte (« représentation de l’espace ») et expose les étapes de sa conception (systèmes de projection, modes de construction). Le deuxième chapitre pose les questions du choix du dessin et du fond de carte et de l’analyse des données. Le chapitre suivant rappelle les principes de la graphique, présentés par Jacques Bertin dans « Sémiologie graphique », un ouvrage qui fut publié en 1967.Comment représenter une information quantitative ? Quels sont les codes visuels efficaces ? Les échelles de couleurs à utiliser ? L’auteure passe également en revue le principe d’anamorphose (lorsque le plan cesse d’être une composante strictement géographique), de mise en page et de typographie. Le dernier chapitre propose des exemples de modes de représentation graphique et présente des logiciels de cartographie.

(L.D.)

Anne Le Fur. « Pratiques de la cartographie », Armand Colin, 2e éd., 2013

 

Mots-clés: |